Emmanuel Macron et le manga One Piece, une histoire d’amour intéressée

Le président de la République a fait un clin d’œil à l’appétence de la jeunesse pour les mangas, grands gagnants du pass culture. Et en négligeant sans doute leur nature contestataire.

Le discours politique aime les citations. À la tribune, les références, hommages, clins d’œil et autres politesses dialectiques fusent, en puisant à tout bout de champ dans le répertoire historique et littéraire, français comme étranger. On invoque Platon, on récite La Boétie, on gloss sur Tocqueville et l’on détourne Simone de Beauvoir. Rien de plus simple pour éreinter tel ministre ou défendre telle politique. Il en va de même dans la dernière citation pop glissée par Emmanuel Macron : un tome du manga One Piece glissé aux côtés du Général et d’Hélène Carrère d’Encausse. Une manœuvre calculée.

Lundi, les réseaux sociaux du président de la République ont ainsi diffusé une photographie vantant l’élargissement du pass culture aux 15-17 ans. Un objet de communication décalé, se résumant à un post-it posé sur le bureau présidentiel. Sur la droite du plan, la présence du centième tome de la saga littéraire japonaise ne saute pas immédiatement aux yeux. Le volume se dérobe, presque, sous la pile formée par les Memoires du Général de Gaulle, d’Esperer pour la Franced’Hubert Germain et par Des siècles d’immortalité, l’histoire de l’Académie française écrite par son secrétaire perpétuel. Mais les fans du manga d’Eiichiro Oda, publié depuis 1997 au Japon, ne s’y sont pas trompés.

«Mdrrr le tome de one piece caché pour que les jeunes votent..tu nous auras pas Manu», «Il croit nous appâter», «Stop cette récupération ignoble». Les détracteurs ont été nombreux en début de semaine à tout de suite saisir la référence glissée dans la publication présidentielle, tantôt avec surprise, tantôt avec dépit.

À VOIR AUSSI – «C’est vraiment un carton»: le 100e tome de la série One Piece disponible en librairie

Ce qui n’a pas empêché le mot-clé #OnePiece d’être propulsé lundi en tendance Twitter, signe d’un buzz manifeste. Parmi les commentaires, plusieurs personnes se sont notamment interrogées, plus largement, sur le rapport d’Emmanuel Macron aux valeurs véhiculées par cette histoire de pirates. Autrement dit : le macronisme est-il compatible avec l’idéal libertaire – voire anarchiste – de One Piece ?

Une aventure control les institutions

«(Emmanuel Macron) sait-il au moins que Luffy (le personnage principal du manga, NDLR.) et son équipage combattent des mecs comme lui, à la botte des ”dragons célestes”, l’oligarchie, qui maintiennent la population dans l’injustice, la pauvreté et la violence?»s’est scandalisé un internaute sur Twitter, qui soupçonne le président de jouer sur les sentiments de jeunes lecteurs qui n’auront pas compris l’essence du manga. «Avez-vous déjà ouvert un One Piece s’interroge un autre fan. «Vous êtes tout ce qu’il combat… ». «One Piece, c’est l’équipe, l’amitié, l’aventure, l’amour et la justice contre les injustices monstrueuses ! T’as rien de ça !»s’indigne enfin un troisième internaute.

Advertisements

La constenation d’une partie des lecteurs n’est pas tout à fait gratuite. À l’image des autres grands mangas de ces vingt dernières années, comme Bleach, Naruto ou, plus recemment, Demon Slayer , One Piece est un récit d’initiation.

Le jeune capitaine, Monkey D. Luffy, y part à l’aventure à travers mers et océans pour mettre la main sur un trésor légendaire. Mais son odyssée his n’est pas de tout repos et il profite du voyage pour renverser l’ordre rigide établi par différents groupes de seigneurs pirates, de puissants corsaires et d’amiraux bornés à la botte d’un Gouvernement mondial un Gouvernement. Face à ses factions his, Luffy prend la tête d’une «armee révolutionnaire» dont le but affiché consiste à renverser l’ordre mondial. Et les fameux Dragons célestes mentionnés par les internautes, clan népotique régnant sur l’univers du manga.

Pass culture et vote des jeunes

Très discret et peu disert, comme tous les mangakas de renom, Eiichiro Oda ne semble pas avoir directement commenté cette veine anarchiste, ou du moins révolutionnaire de son œuvre. Celle-ci n’en reste pas moins transparente pour une partie du lectorat. Des électeurs – effectifs ou en devenir – qui s’étonnent ainsi de voir le président de la République parader avec un manga qui est, au bout du compte, pas moins séditieux que V pour Vendetta ou Fight Club . Deux autres œuvres anti-étatiques – très prisées des adolescents – qui ne risquent pas de se retrouver de sitôt dans un musée imaginaire élyséen.

Réel ou non, l’attachement d’Emmanuel Macron à One Piece représente avant tout un attachement à la réussite du pass culture. Le dispositif lancé en 2021, qui offre 300 euros de consommation culturelle pour tous les jeunes âgés de 18 ans, a été marqué d’une ruée générale sur les mangas. Des produits culturels immensément prisés des jeunes et dont les ventes ont connu un net regain dès l’été dernier. Cette croissance a profité à One Piece, dont l’éditeur français, Glénat, a également organisé en grande pompe, en décembre, la sortie du canonique tome 100 du manga. Un combo gagnant pour le titre qui était déjà le plus vendu du genre, en France.

Quelques semaines après le lancement du pass culture, le président s’était en tout cas fait écho du succès extraordinaire des ventes de mangas à l’occasion d’un déplacement aux Japon, en dic partageant sur ses réseaux. .. Eiichiro Oda. «Passionnes de One Pieceje partage avec vous ce dessin original offert par son auteur», se réjouissait Emmanuel Macron en juillet 2021. Une communication qui semait déjà le doute, chez les fans, sur l’intérêt réel porté à l’œuvre par le chef de l’État.

À VOIR AUSSI – McFly et Carlito: Macron s’est-il ridiculisé?

.

Advertisements

Leave a Reply

Your email address will not be published.